ما کی هستیم ؟Kush jemi ne ?من نحن ؟Who are we ?Кто мы ?مونږ څوګ یو ؟

Notre rapport d’activité 2022 est en ligne

Notre rapport d’activité et financier de l’année 2022 est en ligne.

2022 : Un monde en très grande instabilité

Le début de la guerre en Ukraine en février 2022 a mobilisé fortement l’Europe et provoqué le déplacement de millions de personnes en quelques jours. Des conflits, véritables fléaux perdurent également partout dans le monde : Yémen, RDC, Éthiopie, Syrie, Sahel, Myanmar… La traque des opposants s’est accentuée en Russie et en Turquie ; la répression se poursuit en Afghanistan suite à la prise de pouvoir par les talibans et, en Iran depuis les évènements de septembre ; répression envers les opposants politiques, les intellectuels, les fonctionnaires, les artistes et surtout envers les femmes privées de leurs droits les plus élémentaires. Simulacres de procès, exécutions capitales, tortures, déplacement de population, traite des êtres humains, le monde en 2022 est bien loin d’avoir vu sa situation s’améliorer.

La banalisation des noyades en Méditerranée et sa très forte augmentation dans la Manche n’a pas entraîné de remise en cause de la politique extrêmement restrictive des visas. Nos dirigeants n’ont pas ouvert de réflexion sur des procédures permettant aux exilés de voyager en sécurité. Les bateaux des Organisations Non Gouvernementales qui les recueillent sont pourchassés, empêchés d’accoster, de fonctionner en dépit du droit de la mer. La frontière entre l’Italie et la France reste fermée, les exilés sont refoulés illégalement de France, de Grèce, d’Italie… et parfois simplement remis sur des bateaux et renvoyés en mer. Bien que ces dérives soient documentées, dénoncées par les ONG, voire par l’Organisation des Nations Unies et le Haut-Commissariat aux Réfugiés, rien ne se passe.

On assiste à un consensus en Europe pour mettre en place des entraves systématiques à toute entrée légale et empêcher par tout moyen les entrées illégales, sans aucune prise en compte de l’état du monde. Les personnes fuyant les guerres et les exactions n’ont d’autre choix que de mettre de plus en plus leur vie en danger, ayant pour seul recours des moyens inadéquats (bateaux inadaptés, conteneurs frigorifiques…) et des passeurs inhumains et sans scrupules. La Convention de Genève semble de moins en moins respectée. Le fantasme, faussement entretenu dans l’opinion publique que ces personnes chercheraient le pays offrant le maximum de prestations demeure. Pourtant, c’est la situation dans les pays d’origine qui crée l’exil et non l’attrait d’un pays de destination qui est rarement connu au moment du départ. Les personnes ignorent généralement ce que la route, longue de plusieurs mois ou années, va leur réserver. Qui risquerait sa vie et celle de ses enfants dans un voyage inconnu et sans retour si ce n’est forcé par le désespoir ?

Les personnes qui se trouvent en France n’ont plus aucune possibilité ni espoir de faire venir leurs proches restés au pays sinon en mettant leur vie en danger alors qu’ils seraient légitimes à accéder à notre territoire. En France, après plusieurs années de baisse, la demande d’asile est revenue au niveau de l’année 2019. L’augmentation de 2% du taux de protection (OFPRA et CNDA) masque les difficultés d’accès à une procédure juste et équitable. La dématérialisation de la demande a entraîné un manque d’offre de rendez-vous en préfecture pour pouvoir déposer un dossier, venant ainsi aggraver la situation des personnes au moment de leur arrivée. L’instauration par l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides d’un « coffre-fort numérique » depuis mai 2022 a marqué l’arrêt de l’envoi des réponses par lettre recommandée. Les conséquences de cette dématérialisation ne se sont pas fait attendre : les rejets de la Cour Nationale du Droit d’Asile ont augmenté de 30 % sur les six derniers mois de l’année 2022 uniquement en raison de recours formulés hors du délai d’un mois (source CNDA).

Dans ce contexte général, au sein du Centre Osiris, nous constatons chaque jour que parallèlement à toutes ces entraves administratives, les exilés qu’ils soient isolés ou en famille, sont confrontés de plus en plus à un manque criant d’hébergement, d’aide alimentaire et financière, de suivi social. Les conditions de vie ultra-précaires viennent s’additionner aux conditions violentes du voyage et aux exactions subies dans les pays d’origine.

En 2022, le développement du centre de soin, de l’interprétariat dans le soin et le social, la formation des acteurs de terrain, la sensibilisation aux questions de l’exil dans la région PACA ont tenté de répondre, dans la mesure des moyens de l’association, aux défis qui sont posés quotidiennement par les exilés. L’ensemble de l’association s’efforce, avec ses partenaires, d’accueillir et de reconnaître la souffrance de chacun afin de restaurer chez les exilés la dignité, la confiance en soi, le lien avec les autres et la société.

Perspectives 2023

Nous allons poursuivre et développer nos actions dans le soin, l’interprétariat, et le centre de ressources ; celles-ci sont détaillées dans ce rapport d’activités 2022. Au niveau de l’association, divers chantiers se poursuivent

  • un séminaire de réflexion est programmé pour le mois d’Octobre 2023, ce sera le 3ème,
  • la réécriture du projet thérapeutique a été relancée et devrait aboutir dans l’année,
  • le travail autour de la communication et du site internet qui a démarré est en bonne voie ; il nous permettra d’affirmer de manière plus visible les valeurs que nous défendons.

La recherche, depuis trois années, de bureaux adaptés à notre activité a enfin abouti en septembre, date à laquelle nous avons signé un compromis, la vente se faisant fin décembre et le déménagement début janvier 2023. Cette nouvelle année a donc démarré dans un bel enthousiasme et surtout avec un espace à la mesure des besoins de l’association et des locaux permettant de mieux accueillir : personnes accompagnées, salariés, groupes, partenaires avec une vraie salle de formation/réunion. Merci à toutes les personnes qui ont pensé/rêvé que cet achat était possible et grâce à qui le projet a pu aboutir ; aux bénévoles et aux salariés qui ont aidé à l’installation.

Pour terminer, je voudrai remercier :

  • nos financeurs institutionnels et privés : l’ARS, la préfecture/DREETS, la ville de Marseille, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, la Fondation de France, la CPCAM des Bouches-du-Rhône, la Direction Générale de la Santé, la Fédération des Acteurs de la Solidarité/Fondation JM Bruneau, ainsi que nos dona-teurs particuliers et adhérents ; tous nous font confiance et nous permettent de poursuivre et développer nos activités ;
  • tous les salariés, professionnels dans leur approche, faisant vivre, quelle que soit leur fonction, la notion de l’institution soignante ; tous sont accueillants, bienveillants, créatifs et réactifs ;
  • les interprètes qui nous apportent leurs langues et leurs connaissances des cul-tures indispensables à la contextualisation des situations individuelles ;
  • les bénévoles toujours prêts à partager leurs compétences ;
  • le Conseil d’Administration qui œuvre à la bonne marche de l’association.

Christine THIRIET, Présidente

Pour plus d’informations sur l’activité de l’association Osiris en 2022, vous pouvez télécharger notre rapport d’activité.

Rapport financier

Si l’année 2021 était une année de transition, avec notamment des créations de poste qui ont permis de mieux structurer l’organisation des pôles d’activité de notre association, l’année 2022 en a consolidé les bases.

Ressources

Le niveau des aides publiques et des subventions a sensiblement progressé à 784 161 € contre 767 868 € de même que les prestations d’interprétariat qui ont augmenté de 51 756 € et s’établissent dorénavant à 163 404 €.
Les prestations de formation qui avaient fortement diminué en 2021 en raison de la situation sanitaire ont retrouvé un niveau comparable aux années antérieures soit 15 820
En revanche les dons des particuliers ont diminué d’un tiers, passant de 12 868 € à 8 404 €. Cette situation, liée au contexte économique, est constatée dans de nombreuses associations tous secteurs confondus.

Le détail des aides et subventions est le suivant :

  • ARS PACA 560 000 €
  • PRÉFECTURE DREETS 140 000 €
  • VILLE DE MARSEILLE 21 667 €
  • CONSEIL DÉPARTEMENTAL 13 7 500 €
  • FONDATION DE FRANCE 28 970 €
  • CPCAM DES BOUCHES-DU-RHÔNE 10 000 €
  • DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ/CPL 5 000 €
  • F.A.S 2 500 €
  • DONATEURS – PARTICULIERS 8 404 €
  • AIDE A L’EMPLOI 120 €


Dépenses

Les charges d’exploitation augmentent de 104 899 € et s’élèvent à 995 656 € contre 890 857 € en 2021.
Les évolutions les plus importantes concernent les salaires et charges (+46 252 €) et les rémunérations versées au titre de l’interprétariat (+19 751 €).
La variation de la masse salariale a principalement pour origine le recrutement en octobre 2022 d’une assistante sociale (Camille), le passage en contrat salarié d’un interprète qui intervenait jusque-là en prestataire externe (Qadir), ainsi que l’augmentation du nombre d’heures de travail de quatre salariées en temps partiel (Véronique, Elsa, Marie-Liesse et Aurialie).
On peut relever que la part dans le total des dépenses des rémunérations versées aux salariés et aux interprètes est stable. Pour les deux derniers exercices, elle représente 77 % du total des charges, hors provisions pour risques.
Une provision de 16 405 € a été constituée au titre d’un litige né avec la société de services informatiques chargée de la mise en place du logiciel de gestion d’Osiris Interprétariat, logiciel non abouti.
Une cotisation complémentaire de formation continue a été enregistrée au titre de l’exercice (3 805 €) ainsi qu’un rappel au titre de l’année 2021 (3 654 €). Ces charges supplémentaires auront toutefois une contrepartie puisqu’elles devraient donner accès à des actions de formation auprès du personnel.
Les autres postes de dépenses n’appellent pas de remarques particulières.

Excédent de l’exercice

L’année écoulée se solde par un excédent de 6 990 € que nous vous proposons de mettre en réserves.

Structure du bilan et trésorerie

L’acquisition en fin d’exercice des nouveaux locaux impacte fortement la structure du bilan de l’association puisque la valeur de l’immeuble ainsi que les frais d’acquisition apparaissent à l’actif et l’emprunt en dettes au passif (625 500 €).
Figurent également à l’actif du bilan les subventions à recevoir de l’ARS au titre des années 2023 et 2024 dans le cadre de la convention triennale. Le montant s’élève à 1 056 000 € et est inscrit au poste « Autres créances ». Ce même montant est enregistré au passif à la rubrique « Produits constatés d’avance »
La situation de trésorerie est saine. L’endettement est uniquement constitué par des charges d’exploitation courantes, réglées à leur échéance normale.
L’excédent de trésorerie au 31 décembre s’élevait à 427 771 €, hors les parts du Crédit Coopératif (143 930 €).
Comme en fin de chaque exercice, cet excédent ponctuel permet d’assurer le fonctionnement courant de l’association pendant la quasi-totalité du premier semestre, jusqu’à l’encaissement des premières subventions.

Budget 2023

Le budget pour l’année en cours prévoit une augmentation de nos ressources et de nos charges de l’ordre de 5%. Comme l’an dernier, cette variation prend en compte le développement d’Osiris Interprétariat, développement qui pourrait connaître une accélération si la réponse à un appel d’offre de l’AP-HM en mars dernier s’avérait concluante.
Ce budget est en équilibre mais il reste bien sûr tributaire des partenariats.

Jean-Jacques FÉRIGOULE, Trésorier