Recevez la lettre régionale

Rapports annuels

Rapport d’activités

Rapport moral

Ceci est le sixième rapport d’activité dont j’ai l’honneur de faire l’introduction pour la dernière fois. Sept années sont passées depuis ma prise de fonction en tant que Présidente de l’association Osiris et le contexte a évolué de manière positive mais également négative : positive après une période de grande incertitude par rapport aux opportunités de financement mettant à mal toute l’équipe et le devenir de l’association, négatives en matière de net recul du droit des exilés en Europe et plus particulièrement en France.

L’année 2019, troisième année de la Convention Pluriannuelle d’Objectif (CPO), a été marquée par une montée en puissance de tous les secteurs d’activité d’Osiris. Ce rapport d’activité riche et dense en atteste :

En ce qui concerne le soin, la file active est de 245 patients suivis, dont 110 nouveaux patients, 35 nationalités sont représentées et 42% des personnes reçues ayant moins de 20 ans. La diversification des groupes thérapeutiques a permis d’accueillir plus de patients, la pluridisciplinarité au sein de l’équipe est de nouveau effective.

En ce qui concerne l’interprétariat, deuxième domaine de compétence d’Osiris, le lancement officiel d’Osiris Interprétariat, pôle d’interprétariat professionnel spécialisé dans la santé, au mois de septembre 2018, a permis depuis, un bond en avant des activités proposées : un service d’interprétariat spécialisé dans le domaine de la santé, une formation théorico-pratique pour les interprètes, une sensibilisation au recours à l’interprétariat pour les professionnels de santé et enfin un centre de ressources.

Le troisième axe du projet qui concerne le soutien aux professionnels de la région PACA a permis la réalisation d’une évaluation minutieuse des besoins département par département depuis 2017. L’année 2019 est marquée par la mise en place d’actions concrètes visant à soutenir les professionnels du champ médico-social dans leur pratique auprès des exilés : sensibilisation et formation, mise à disposition d’heures d’interprétariat, rencontres thématiques, appui technique à des demandes de financement... - - Parallèlement à tout cela, la précarisation des exilés ne cesse de s’accroitre, notamment celle des demandeurs d’asile n’ayant pas accès à un CADA, des personnes sous procédure Dublin et bien sûr des déboutés de l’asile. L’accompagnement de cette réalité sociale prend de plus en plus de place auprès de certains patients du centre de soin.

D’ailleurs, le dernier facteur aggravant en date en matière d’accès aux droits et aux soins est l’annonce en fin d’année 2019 de modifications des règles applicables à l’Aide Médicale de l’État (AME) et à l’assurance maladie : condition de résidence de 3 mois sur le territoire pour les demandeurs d’asile pour la prise en charge des frais de santé, condition d’ancienneté de trois mois de séjour en situation irrégulière en France pour l’obtention de l’AME (et non plus ancienneté de séjour simple), attente de 9 mois d’ancienneté de l’AME pour certains soins et j’en passe...

Pour conclure, l’année 2020 va nécessiter un travail de réflexion pour construire ensemble la suite du projet d’Osiris dans la continuité des actions menées ces dernières années. Ces temps d’élaboration commune ont d’ores et déjà trouvé un point d’ancrage lors d’un séminaire réunissant l’ensemble des acteurs de l’association et se poursuivra tout au long de ces prochains mois.

Dr Reem MANSOUR, Présidente

Comptes de bilan et de résultat

Rapport financier

Rapport général
Suite aux changements instaurés en septembre 2018, l’exercice 2019 donne toute sa lisibilité à l’activité du centre de soin, de soutien aux professionnels et à l’interprétariat durant une année complète.
L’exercice 2019 se solde par un déficit de 30 804,32 €.

Les produits
Les subventions qui nous ont été attribuées pour 2019 s’élèvent à 623 000 €, soit la même somme qu’en 2019, plus l’aide de la Fondation de France.
Pour mémoire :
- 500 000 € de l’ARS dans le cadre de la troisième année de la Convention Pluriannuelle d’Objectifs (CPO) signée pour quatre ans ;
- 100 000 € du Ministère de l’intérieur (programme 303 « Immigration et asile ») DRJSCS ;
- 8 000 € du Conseil Général des Bouches-du-Rhône (Direction de la santé publique) ;
- 5 000 € du Centre Primo Levi dans le cadre d’une aide du Ministère de la Santé pour les membres du réseau Réséda ;
- 10 000 € de la Fondation de France (convention pluriannuelle de 3 ans).

Les prestations de formation, facturées 9 775 €, sont en forte baisse si l’on compare aux années précédentes (18 706 € en 2018 et 33 258 € en 2017). Elles ont été remplacées par des actions de formation gratuites en direction des personnels de santé et financées pour l’ARS PACA.

Comme prévu, nous avons facturé de nombreuses prestations d’interprétariat pour un montant total de 55 981 €, contre 1 925 € en 2018.

Les donateurs particuliers ont contribué pour une somme de 17 416 €, fléchissant de 4 %. Cette aide est pour nous des plus précieuses et prouve bien la constance de leur engagement à nos côtés. Le nombre d’adhérents est stable (35) et génère 1 050 € de cotisations. Quant aux placements financiers, ils ont rapporté 3 056 € (au lieu de 489 € en 2018).

Il n’y a cette année aucune reprise de provisions pour risques et charges.

Les charges
Du fait de l’enregistrement d’une année complète sur tous les postes,

Sont en hausse :
- les charges sociales et de salaires s’élèvent à 466 488 €, en progression d’environ 17 540 € ;
- les prestations des interprètes auto-entrepreneurs qui ont facturé quasi 52 000 € de plus que l’an passé, soit un total de 133 762 € et ceci en lien avec le développement d’Osiris Interprétariat ;
- les dépenses de formation du personnel qui concernent principalement les interprètes et qui se chiffrent à + 22%, soit 22 290 € ;
- les loyers et charges couvrant l’année entière d’occupation de nos 2 adresses ont progressé de 38 % pour atteindre 20 657 € ;
- les frais de déplacements et de colloque en augmentation de 26 %, suite aux missions en lien avec Osiris Interprétariat et la création du réseau RIMES Réseau d’Interprétariat Médical et Social et par ailleurs nos actions sur la région PACA en direction des professionnels de santé et des structures dans lesquelles ils interviennent.
- les frais bancaires ont progressé de 55 %, avec notamment un abonnement à Collect Online service paiement de gestion des prélèvements des donateurs.
- les amortissements marquent + 10 % en juste rapport avec de l’accroissement de notre matériel.

Sont stables :
Les honoraires dans leur globalité pour un total de 23 360 € couvrent :
- les prestations de l’ostéopathe ;
- celles du cabinet comptable et du commissaire aux comptes ;
- une facture d’avocats conseil pour le toujours présent contentieux FER/FAMI 2014 ;
- les frais de supervision en hausse de 40 %, qui concernent les interprètes ;

Les achats de consommables, ainsi que les dépenses d’énergie et de télécommunications restent inchangés.

Sont en baisse :
- les autres dépenses de fonctionnement : documentation, assurances, maintenance et entretien ou réparations, diminuent de 23,50 %.
- l’achat de matériel en importante chute de 6 413 €, nos bureaux étant maintenant suffisamment équipés ;
- les investissements qui se bornent à 4 598 €, soit 2 ordinateurs Apple.

Nous n’avons rien enregistré à la rubrique « perte sur subventions des exercices antérieurs » qui comptait pour 165 167 € l’an dernier.
Disparaît également l’important budget de 39 000 € dédié au cabinet Regards Santé pour son rapport d’étude exigé par l’ARS.

Le bénévolat reste inchangé, toujours estimé à 10 518 €, soit environ 400 heures de travail.

La trésorerie
Nous n’avons pas été en difficulté cette année, mais redisons-le, rien n’est jamais joué en la matière, la pérennité des subventionnements hors ARS n’étant pas garantie.

Perspectives 2020
L’année 2020 est une année de stabilisation du budget qui, deux ans et demi après la signature de la CPO et la mise en place de nouvelles actions, n’a cessé d’augmenter : recrutement de personnel et dépenses de fonctionnement.
Avec un prévisionnel supérieur à 750 000€ les soutiens actuels de l’ARS et de la DRJSCS ne suffisent pas. Il s’agit en toute confiance des résultats obtenus et à venir de trouver des moyens financiers nécessaires à la continuité du projet Osiris.

Affectation du résultat
Nous proposons d’affecter la perte de 30 804,32 € en report à-nouveau.

Eliane AMIOT, Trésorière