Michael Connelly, Les Égouts de Los Angeles, 1995, p. 100.
Le chef adjoint parcourut ensuite les résultats d’un examen psychologique subi par le même Bosch l’année d’avant, afin de déterminer s’il était apte à reprendre ses fonctions après avoir tué un homme désarmé. Le psychologue du département déclarait : « A travers son expérience de la guerre et de la police, cela incluant bien évidemment le coup de feu susmentionné aboutissant à un accident mortel, le sujet a atteint un fort degré d’insensibilité à la violence. Pour lui, la violence et ses différents aspects ne sont qu’une composante acceptée de sa vie de tous les jours, de toute sa vie. Par conséquent il est peu probable que l’événement précité puisse agir comme une force de dissuasion psychologique dans des circonstances où il devrait avoir recours à la manière forte pour se protéger et protéger les autres. Je pense qu’il sera en mesure de réagir immédiatement. Il sera capable de presser sur la détente. En fait son comportement ne relève aucune séquelle consécutive à cet incident, à moins de juger inopportun le sentiment de satisfaction que lui inspire son geste, à savoir la mort du suspect. »