Thomas Pynchon, Contre-jour, 2008, p. 147.
« Quel genre d’urgence », s’enquit Randolph, « ont-ils évoqué ? » Les aéronautes moscovites se plièrent en deux, en proie à une sinistre hilarité. « Dans la partie de la Russie où j’ai grandi », réussit enfin à dire le capitaine Padzhitnov, « tous les animaux, quelles que soient leur taille ou leur férocité, portaient des noms – ours, loups, tigres de Sibérie … Tous sauf un. Une seule créature que les autres animaux, y compris les humains, redoutaient, car si elle les attrapait elle les mangeait, sans nécessairement les tuer d’abord. Elle appréciait la souffrance. La souffrance était comme … du sel. Des épices. Cette créature, nous n’avions pas de nom pour elle. Nous n’en avons jamais eu. Est-ce que vous comprenez ? » « Seigneur », murmura Lindsay à son chef, « on posait juste une question. »