Robert Lagane, Cinq ans dans le brouillard, 1940-1945, le journal d’un Midship, 2000, p. 40.
Conseil pris auprès du toubib en chef de la base, mes diagnostics et traitements découleront de deux principes élémentaires. Primo, ne pas achever le malade – attention en particulier aux ventres durs et aux colonnes vertébrales. Secundo, trois remèdes et trois seulement suffisent pour répondre à tous les besoins urgents à bord. Aspirine 500 dans tous les cas de fièvre et de douleurs vives. Dagénan 606 à doses de cheval pour ce qui suppure ou résiste. Et morphine intramusculaire en désespoir de cause quand il faut calmer à tout prix le malade … et ses voisins. L’expérience aidant, j’apprendrai que le traitement des angoisses, peurs, insomnies, désespoirs, colères, cafards, coups de pompe, coliques et de la plupart des autres maladies demandent surtout beaucoup de patience pour écouter et de dialectique pour guérir.