René Frégni, La fiancée aux corbeaux, 2011, P. 64
Qui est responsable ? Les hommes, la nature ? Le bien et le mal n’ont jamais existé dans le chaos de l’univers. Les étoiles font leur vie et s’en vont. Chacun de nous essaie de sortir un instant de la nuit, d’être aimé, d’éloigner la mort. Je ne suis ni pire ni meilleur que les autres, j’écris pour être aimé, pour comprendre ce chaos, notre folie, pour retenir ceux qui s’en vont.