Jonathan SWIFT, Les Voyages de Gulliver, 1976, p. 389.
« Mais un autre motif me retenait d’offrir à Sa Majesté mes découvertes pour agrandir ses domaines : à dire vrai, j’avais conçu quelques scrupules sur la façon qu’ont les princes de pratiquer, à cette occasion, la justice distributive. Par exemple : un navire pirate est poussé par la tempête sans savoir où il va ; à la fin, un mousse grimpé sur le mât de vigie découvre une terre ; les hommes débarquent, attirés par le pillage. Ils voient un peuple inoffensif qui les reçoit avec bonté : ils donnent au pays un nouveau nom, en prenant officiellement possession, au nom du roi ; dressent sur le sol une planche pourrie ou une pierre en mémoire du fait ; assassinent deux ou trois douzaines d’indigènes, et en emmènent une paire comme échantillon ; puis ils retournent dans leur pays et obtiennent leur pardon. Voilà l’origine d’une nouvelle annexion, faite légitimement selon le « Droit divin ». A la première occasion, on envoie des navires ; les indigènes sont déportés ou exterminés, leurs princes torturés jusqu’à ce qu’ils révèlent où est caché leur or ; pleine licence est donnée à tous les actes de cruauté et de luxure ; la terre fume du sang de ses habitants, et cette odieuse troupe de bouchers, employée à une pieuse entreprise, c’est une expédition coloniale moderne, envoyée pour convertir et civiliser un peuple idolâtre et barbare. »