Recevez la lettre régionale
Rapport d’activités

Rapport moral

Ceci est le sixième rapport d’activité dont j’ai l’honneur de faire l’introduction pour la dernière fois. Sept années sont passées depuis ma prise de fonction en tant que Présidente de l’association Osiris et le contexte a évolué de manière positive mais également négative : positive après une période de grande incertitude par rapport aux opportunités de financement mettant à mal toute l’équipe et le devenir de l’association, négatives en matière de net recul du droit des exilés en Europe et plus particulièrement en France.

L’année 2019, troisième année de la Convention Pluriannuelle d’Objectif (CPO), a été marquée par une montée en puissance de tous les secteurs d’activité d’Osiris. Ce rapport d’activité riche et dense en atteste :

En ce qui concerne le soin, la file active est de 245 patients suivis, dont 110 nouveaux patients, 35 nationalités sont représentées et 42% des personnes reçues ayant moins de 20 ans. La diversification des groupes thérapeutiques a permis d’accueillir plus de patients, la pluridisciplinarité au sein de l’équipe est de nouveau effective.

En ce qui concerne l’interprétariat, deuxième domaine de compétence d’Osiris, le lancement officiel d’Osiris Interprétariat, pôle d’interprétariat professionnel spécialisé dans la santé, au mois de septembre 2018, a permis depuis, un bond en avant des activités proposées : un service d’interprétariat spécialisé dans le domaine de la santé, une formation théorico-pratique pour les interprètes, une sensibilisation au recours à l’interprétariat pour les professionnels de santé et enfin un centre de ressources.

Le troisième axe du projet qui concerne le soutien aux professionnels de la région PACA a permis la réalisation d’une évaluation minutieuse des besoins département par département depuis 2017. L’année 2019 est marquée par la mise en place d’actions concrètes visant à soutenir les professionnels du champ médico-social dans leur pratique auprès des exilés : sensibilisation et formation, mise à disposition d’heures d’interprétariat, rencontres thématiques, appui technique à des demandes de financement... - - Parallèlement à tout cela, la précarisation des exilés ne cesse de s’accroitre, notamment celle des demandeurs d’asile n’ayant pas accès à un CADA, des personnes sous procédure Dublin et bien sûr des déboutés de l’asile. L’accompagnement de cette réalité sociale prend de plus en plus de place auprès de certains patients du centre de soin.

D’ailleurs, le dernier facteur aggravant en date en matière d’accès aux droits et aux soins est l’annonce en fin d’année 2019 de modifications des règles applicables à l’Aide Médicale de l’État (AME) et à l’assurance maladie : condition de résidence de 3 mois sur le territoire pour les demandeurs d’asile pour la prise en charge des frais de santé, condition d’ancienneté de trois mois de séjour en situation irrégulière en France pour l’obtention de l’AME (et non plus ancienneté de séjour simple), attente de 9 mois d’ancienneté de l’AME pour certains soins et j’en passe...

Pour conclure, l’année 2020 va nécessiter un travail de réflexion pour construire ensemble la suite du projet d’Osiris dans la continuité des actions menées ces dernières années. Ces temps d’élaboration commune ont d’ores et déjà trouvé un point d’ancrage lors d’un séminaire réunissant l’ensemble des acteurs de l’association et se poursuivra tout au long de ces prochains mois.

Dr Reem MANSOUR, Présidente