• Document
  • Ces exils que je soigne
  • Ce livre propose la mise en perspective d’une expérience personnelle et de l’approche, par l’auteur devenu pédopsychiatre et soignant, de ceux qui ont eu des parcours semblables. Enfant issu d’une famille d’origine et de culture kabyle, il doit affronter un premier exil : sa scolarité et le décalage (...)
  • Film/Fiction
  • Bloody Sunday
  • Le dimanche 30 janvier 1972, à Derry, en Irlande du Nord, Ivan Cooper est l’organisateur d’une marche pacifique pour l’égalité des droits entre catholiques et protestants, farouchement déterminés à éviter toute violence entre les différents protagonistes. Mais malgré son dialogue avec les autorités (...)
Mémos - Actus
  • Sera, un destin franco-cambodgien
  • Ci-contre un entretien avec Sera, dessinateur, peintre et sculpteur, à l’occasion de son passage à la librairie la Bouquinerie des Cinq Avenues et avant son intervention à l’issue de la projection de "L’Image manquante" film réalisé par Rithy Panh.
  • Damas, la bureaucratie de la mort.
  • Professeur de dessin dans une université syrienne Najah Albukai, 49 ans, n’était ni jihadiste ni membre de la rébellion. Dénoncé pour avoir participé à quelques manifestations, il a passé au total, entre 2012 et 2014 un an emprisonné à Damas au « centre 227 », géré par les services de renseignements militaires. Il a été frappé, torturé, humilié. Il a vu des codétenus agoniser pendant des jours à ses côtés. Il a transporté des corps amenés depuis d’autres prisons. Il n’a rien oublié et a tout dessiné.
    (Article publié dans le quotidien Libération lundi 13 août 2018)
  • Damas, la bureaucratie de la mort
TÉLÉCHARGEMENT